jeudi 31 mars 2016

cuisines du monde en paix - a peaceful food haven

Cette semaine, le ciel londonien est lumineux et j'ai quelques heures devant moi pour apprécier les rues de la ville sans projet particulier; une improvisation bi-annuelle qui devrait être obligatoire !
J'ai pris mon appareil photo, vérifié les expositions ou événements du jour sur deux sites à leur rubrique "things to doLondonist et Timeout, et je suis sortie sans parapluie ! 
Le summum de l'optimisme. 
Direction Carnaby street, derrière le magasin Liberty, une envie de voir comment le quartier évolue (encore) et de faire du look-spotting. Depuis le Swinging London, la rue est pleine de vitrines intéressantes, ce quartier piétonnier étant maintenant aménagé sur plusieurs rues, avec des enseignes atypiques comme Londres sait bien le faire.
Ces petites rues sont très centrales, à deux pas d'Oxford Circus, et comme on ne sait jamais où aller pour reposer ses petites jambes, je propose une visite d'une grande cour au calme aménagée en paradis du "fooding".
L'arrêt à Kingly Court est une destination parfaite pour une pause en terrasse ou dans l'un des nombreux restaurants installés sur 2 niveaux autour de la cour. Les belles devantures colorées affichent presque toutes les cuisines du Monde, The hottest food hub, un lieu qui bouillonne de découvertes gastronomiques. Entrez par l'un des passages qui mènent à la cour intérieure.
Comme j'avais du temps, je suis passée devant toutes les vitrines pour faire mon choix ! Cuisine grecque The life goddess, péruvienne Senor Ceviche, 2 japonaises, Oka et Shoryu , italienne, espagnole, caribéenne chez Rum Kitchen, et le Moyen Orient avec un kebab chic Le Bab !





Large
Large
J'ai choisi un bol de nouilles japonaises, un ramen, chez Shoryu. Par curiosité, j'ai goûté les petits pains à la vapeur qu'ils servent comme un burger, avec toutes sortes de garniture (saine).
Le service est au delà de ce que j'ai pu voir à Londres, en matière d'hospitalité. Les serveurs, en plus des foulards qu'ils nouent autour de leur tête, vous saluent en japonnais et sonnent le gong quand un nouveau client arrive (tous des étudiants étrangers).


Kingly Court ressemble pour certains à une galerie commerciale et peut sembler assez artificielle. Tout est très propre et bien décoré. On est loin des petites cuisines de rues.
Ces enseignes (toutes des chaînes) cohabitent dans ce quartier animé de Londres, la nourriture semble plus facile à partager que la religion. Allons déjeuner en paix !







***
I am waiting for that biannual moment of bliss. Walking in the streets of London by myself ! This week has been very lucky with the weather, the sun is out almost everyday and the light is perfect for hanging around with a camera.
I checked 2 websites on Things to do in London, 1 and 2, because I didn't really have plans, but that is the best part of the day - you go out without plans and no umbrella (I call it optimism).
Carnaby street is a great spot for people's spotting. Historically, this pedestrian area has always been ahead of its suroundings Regent's street or Mayfair. The streets have now been completely refurbished with quirky little shops as well as chains.
This area is always packed and it's hard to find a quite place to go to. To escape the crowds. Kingly Court is the place where you can step back from the hustle and bustle. If you want to find this not-so-secret place, look for its 3 entrances : one on Carnaby Street or at the back side, Kingly Street, or Beak Street.
The place has become the hottest food hub over the years, where you can choose restaurants from all over the world organised around a covered courtyard surrounded by 2 levels. It took me a while to spot all the places and make up my mind on which one to choose !
I stopped at Shoryu (a japanese place which has a gong when a customer comes in !) because this one serves Ramen noodles and little buns stuffed with various ingredients (like a burger).

Kingly court is a place which can be viewed as a shopping mall, nothing quite authentic as street-food eateries. Everything is tidy and clean, but the place offers spaces to share a lunch or a dinner, where people come from different backgrounds. It is easier to share a table than a religion - but hopefully, this will happen more and more smoothly.

dimanche 20 mars 2016

Liberty - Flowers growing in London

Le printemps est presque là. Pour l'instant, c'est assez précoce pour se réjouir. Il y a 3 ans, il a neigé au mois d'avril (nous étions dans une yourte du sud de l'Angleterre!) Mais certains indices présents dans la nature et dans la ville donnent un peu d'espoir. 
Si les anglaises ont toujours des jupes courtes quelque soit la saison, la ville célèbre la nouvelle saison : la nuit tombe de plus en plus tard, les vitrines des collections Printemps/été sont prêtes, les terrasses de pub se repeuplent. 
Une installation de fleurs suspendues sur St Christopher's place fête l’arrivée du printemps. Rebecca Louise Law, une artiste de l'Est de Londres, a accroché des fleurs comme s'il en pleuvait, dans une jolie place à deux pas d'Oxford Street (5 jours, fin de l'installation aujourd'hui). En 2015, elle a aussi recrée un champ de coton à Ravenscroft Park, avec la collaboration des habitants du quartier.
Ses projets urbains rappellent l'incroyable champ de coquelicots en céramique aménagé autour de Tower of London en hommage aux soldats morts pendant la première guerre mondiale. J'ai eu la chance de participer à l'oeuvre collective en septembre 2014.
La place de la nature et dans la culture est vraiment significative de Londres et des londoniens. Un rayon de soleil et tout le monde en profite comme si c'était le dernier !
Photos 2 et 3 Rebecca Louise Law
La visite de Liberty mérite le détour, pour ceux qui sont du côté d'Oxford Circus / Regent's Street. Je pensais l'institution un peu poussiéreuse et je me suis trompée, la boutique propose des rayons pointus en matière de mode, des présentations dignes d'une galerie d'art avec à la fois le côté suranné du roman de Zola Au bonheur des dames.
Le bâtiment de style Tudor date de 1924. Il a été construit avec des bois récupérés de navires royaux, sur 3 étages, avec un puit de lumière au milieu. Des petites pièces sont agencées pour donner l'impression d'être "comme à la maison" et étaient toutes pourvues de cheminées, dont certaines sont toujours présentes.
On rentre par l'entrée principale, directement dans leur petite boutique de fleurs. La papeterie à droite est un lieu que je conseille vivement, pour les cartes, bien-sûr, mais aussi l'art des petites choses du bureau, une mine de cadeaux, avec motifs fleuris ou au design plus sobre.
Quand la marque japonaise Uniqlo s'associe avec Liberty pour une collection confortable et...fleurie, il y a de quoi aller y jeter un œil. Les fameuses petites doudounes légères sont doublées de Liberty et sont réversibles et sans être hors de prix. Vive le printemps !
***
Spring is nearly there. It's a bit early to celebrate when I remember three years ago, it snowed in April, while we were staying a yurt in Sussex ! Some hints of spring are already spreading into the city and outside spaces, it gives hope to the coming weeks !
While english girls are still wearing short skirts whatever the season, the city is getting already to unveil its winter coats, days are longer, Beer Gardens are busier, shop windows are showing their S/S collections.
 Until this WE, a flower installation is displayed at St Christopher's Place, a stone's throw from Oxford Street, by an East London artist Rebeccas Louise Law. Last year, she aslo covered Ravenscroft park, in Bethnal Green, with 2040 stems of cotton, organised as an interactive community project.
It reminds me of the wonderful collective art installation of poppies around Tower of London, remembering the soldiers'lost lives at the WW1 (which I was lucky to participate, not the war, the event).
It feels Nature is a major part of british people's culture, as London has so many parks and outdoor sports, as well as Nature's tribute. Whenever there is a beam of sunshine, everyone takes the most of it, as it was the last one !
Liberty shop is not to be missed, if you venture into Oxford Circus or Regnt's street. This mock-Tudor institution dates from 1924 and is built from Royal ships'timber. I though this shop was a bit dusty, but I found the place beautifully out of date and modern at the same time. The building has three foor arranged around a light well, with small rooms on each sides. The architects were willing to create a feeling of cosyness, with fireplaces, as if in a living room.
When walking in the shop's various departments, it almost felt like Emile Zola's novel "Au bonheur des Dames", with the newest brands'selections. The main entrance is like a small flower shop, and on your right, you have a beautiful stationary shop.
When the japanese brand Uniqlo makes a collection with the iconic Liberty fabrics the result is amazing. Comfortable fabric and simple designs make the most of it, without being too pricey.
Hooray, spring is here !
   

dimanche 13 mars 2016

Kulu Kulu sushis : yummy !

It took me a while to share this place with you, because it is such a small place, it's always packed. And I love the name !
The area has a lot to offer, South Kensington is known for its numerous french spots, because of the french Lycée Charles de Gaule nearby. You can find good food - la Pâtisserie des RêvesMaître Choux, and a bit of culture too - the French Institute (with a cinema and a great french library La Page). 
A lot of tourists are heading towards the beautiful Victoria and Albert Museum, the Natural History Museum, and the Science Museum.

If you want to try this great sushis eaterie, come early (at 12 am), or give it a try anyway, but  big parties should be avoided. You'll be amazed by the fresh food cooked in front of you, with a belt and turning plates, and a dozen stools around. Nothing fancy, really.
Our children love it, it's quick, and they see what to eat, and enjoy being autonomous ! We keep en eye on them, because the brain sometimes doesn't process as quick as the plates are piling up - you tend to accumulate more than you should. You can order from the menu, which will allow you a bit of time. But the place has a warning, a small note on the belt saying "on busy times, you are only allowed to stay for 45mn !"
***
J'ai mis du temps à partager ce lieu sur mon blog. C'est un endroit très petit, donc j'essaie de garder pour moi cette adresse de South Kensington - qui est toujours pleine ! Et avec un nom pareil, on oublie pas l'adresse !
Ce quartier est très fréquenté par les familles françaises (le Lycée Charles de Gaule est tout près, comme ces bonnes adresses : l’Institut français et sa toute nouvelle médiathèque, en face, la librairie La Page, et Maître-Choux, sans oublier La Pâtisserie des Rêves...Les touristes sont aussi nombreux dans ces rues qui mènent au magnifique Victoria and Albert Museum, Natural History Museum et Science Museum. 
Si on veut avoir une place dans ce petit restaurant de sushis avec son tapis roulant et une douzaine de tabourets autour. Pas de décor léché, juste ce qu'il faut. Il faut arriver tôt (12h) ou tenter sa chance de toute façon, mais pas avec un grand groupe. La nourriture se présente sur des assiettes à motifs différents (qui correspondent à un tarif calculé à la fin); elle est préparée en direct devant vous.

Les enfants adorent cet endroit, c'est rapide et ludique, ils sont autonomes pour choisir leurs assiettes. Nous gardons un œil sur les quantités, car le cerveau n'a pas le temps de comprendre le message qu'il envoie à l'estomac. Pour les commandes particulières, il y a toujours un menu, donc on peut aussi attendre sagement qu'elles arrivent. Pas trop longtemps quand même : un petit panneau circule sur le tapis roulant "aux heures de pointe, ne restez pas au delà de 45 mn"!!!







dimanche 6 mars 2016

Forest schools - l'école buissonnière !




When I heard about a new Forest School opening on Wandsworth Common, I wondered how children could be spending their whole day outdoor. I know children love being outside, but how could a school provide everything from food, to hygene, curriculum activities to a cosy place to nap on a Common ? 

As a french mum who only went to a french state school, full time from before my third birthday until I reached the age of 6; all I remember is the times I spent outside playing Charlie's Angels ! I didn't suit to the setting, and the teachers mentionned on the reports that I'd rather be under my table or wasn't listening enough or even "mature" enough...it seemed I wasn't ready to fit into the mould...

"Different" schools have always interested me, much later, when I was finally able to choose my own school journey, I discovered that some progressive schools existed in France, like Montessori Schools, or Decroly school near Paris (a state-run free school). I had the chance to meet Severine, a former Steiner's pupil and found her work presentations stunning, she knew how to talk to our class without reading her notes. She now leads teachers' trainings !

I read books about pedagogy and attended to lectures, some of which made me feel as if I had been missing something. 
Then I found out about "Summerhill, a radical approach to child rearing", a book which fascinated me. The author, Alexander Neill, writes about the school community he created in 1921, where children are in charge of their school, discussing their own laws and make democratic decisions through meetings. And most of all, children are not entilted to attend any lessons if they wish !
Today, the school is run by his daughter, and still has 80 children living there. The school faced a very bad OFSTED report in 2000 which claimed the place was "inadequate" but the whole communuity fought with the help of former pupils. They won against OFSTED into a famous court battle

BBC turned their experience into a movie in 2008, which can you can look here. We just watched the film with our children (8 and 11), which they enjoyed as much as I did ! They don't know how french schools are run, since they have never been to a primary school there, they value the sens of community in their school and how the children are listened and well cared for.
My youngest child, Martin, went to our nearby state Nursery school, and all year long he could choose from outdoor to indoor activities, and by the look of his clothes and his tanned forearms, I knew he was spending his days outside ! The teacher once told me that she had to adapt herself to teach him, with a clipboard, by following him outside !

Little Forest Folk School nurseries have based their philosophy on Forest Schools currently spreading all around the UK. Until very recently, I have never heard about it.
 When I knew about their open days, I really wanted to attend. Unfortunately, the meeting was held in a proper indoor room, where the children will be dropped off before they head towards the Common. I found the teachers and manager very passionate (The Telegraph has written an article about them, read here).
***

Everyday, the "camp" is settled into a part of Wandsworth or Tooting Common, which changes everyday. Buntings make a visual bareer for children to explore within the perimeter. If some of the children wish to go further, they ask a member of staff (1 to 4 ratio). Each member of the staff has a Walkie takie.
The school provides high quality outdoor clothes, so the weather conditions are not disturbing the daily life.  I also wondered where the children are staying for a cosy lie-in, or even a nap. 
The camp is made of several tents, one is a tipi for naps or reading books, with sleeping bags in winter time. Another one is for nappy changing, and a small one with a dry toilet. 
Water is available in jerrycans filled with water (when needed hot Thermos water can be added to the jerrycans) so little hands are nice and clean.
Food is served within the Common Café "the Skylark" for a hot breakfast and afternoon Tea, lunch is provided on the Common. The wonderful thing is that they use a campfire !
I can see some of you wondering about the health and safety standards, but it seems the staff is trained to light up the campfire as well as making sure everyone is safe ! 
Concerning the main areas of learning, I am pretty sure all of them are covered on the Common, where nature is sourcing all the learnings. 

Children can only attend full time sessions, and very good news, Little Forest Folk run holiday camps from 3 to 7 years old, for £60 a day.
I was curious to see if Forest Schools Projects are developing in France, and I could not find any. Let's see what the future holds !
Thank you to Little Forest Folk for the use of their pictures (except number 3 and 6)
Lorsque j'ai entendu parler d'une nouvelle école qui accueille des enfants de 2 à 5 ans, basée exclusivement en extérieur, dans un des Commons du quartier, j'ai voulu en savoir plus !
Pour une maman française ayant fait toute sa scolarité dans une école publique maternelle puis primaire dès l'âge de 2 ans et demi à temps plein, les souvenirs qu'il me reste sont surtout les jeux en extérieur, à jouer aux Drôles de Dames ! J'ai toujours eu l'impression que l'école était une corvée. Les enseignants notaient dans les rapports trimestriels que je préférais jouer sous ma table et que je n'étais pas assez attentive ou "mature", tout simplement je crois que je n'étais pas faite pour ce moule...

Les écoles "différentes" m'ont toujours intéressée. Lorsque je les ai découvertes (enfin sortie de l'école !), j'ai été très séduite par les écoles Montessori, l'école publique Decroly à Saint Mandé, et aussi la rencontre avec d'anciens élèves. Séverine, par exemple, a fait toute sa scolarité dans une école Steiner, et ses présentations devant la classe étaient toujours passionnantes : elle transmettait son savoir sans lire ses notes. Elle est aujourd'hui formatrice !
J'ai ensuite lu des livres de pédagogues et écouté avec passion certains cours pendant mes études secondaires. Je découvrais tout un monde auquel je n'avais pas eu accès plus jeune.
Bubbles in the forest Le livre "Libres enfants de Summerhill" fut une découverte majeure. Le pédagogue A.S Neill présente son école qu'il crée en 1921, où les enfants sont responsables de gérer leur communauté, en y décidant leurs lois lors de réunions. A Summerhill, c'est l'école qui s'adapte à l'enfant plutôt que le contraire. Les enfants n'ont aucune obligation d'aller en classe s'ils ont mieux à faire !

Aujourd'hui, l'école est gérée par la fille du fondateur, et 80 enfants y vivent la semaine entière (boarding school). Un rapport OFSTED très négatif a menacé Summerhill de fermeture en 2000, mais la communauté a fait appel à un avocat et les enfants eux-même ont su convaincre la cour de leur attachement à leur école.
La chaîne BBC a diffusé une fiction inspirée de l'histoire de l'école, le film est disponible ici, nous l'avons regardé en famille et les enfants ont été, comme moi, très intéressé par le sujet. Ils n'y voient pas l'énorme fossé entre cette école anglaise et celle de mon enfance.
L'école publique anglaise n'a pourtant rien de l'école permissive Summerhill, mais elle développe l'esprit de communauté et le sentiment que chaque enfant y a sa place.
Martin est allé à la Nursery anglaise la plus proche de la maison, une année en école Montessori, puis celle rattachée à l'école primaire. Toute l'année, il pouvait aussi bien jouer dehors qu'à l’intérieur, et à en voir ses vêtements et ses avants-bras tout bronzés, j'ai vite compris qu'il passait ses journées dehors ! La maîtresse s'adaptait à ceux, qui, comme lui, préféraient l’extérieur, en leur proposant des activités d'apprentissages à l'aide d'une planche, un support pour écrire, à transporter partout !
Little Forest Folk s'inscrit dans un mouvement d"'écoles de la forêt", Forest Schools, qui propose à travers tout le Royaume Uni une vie en plein air exclusivement !
La réaction des mamans françaises de mon entourage est assez significative, comment laisser son enfant dehors par un temps pareil ?!
J'ai pu me joindre à une des journées portes ouvertes, mais malheureusement pas dans la forêt. La réunion s'est passée dans le local qu'ils utilisent le matin pour accueillir les enfants avant de partir dans le parc.
***

Chaque jour, le groupe d'enfants change de "terrain de jeux", selon les projets, leur campement peut s'installer dans Wandsworth ou Tooting Common. L'espace des enfants est balisé par une banderole de petits drapeaux. Chaque membre du personnel (1 adulte pour 4 enfants) est muni d'un talkie walkie, pour suivre, au cas où, un enfant qui voudrait s'éloigner pour explorer ailleurs.
Pour se reposer ou lire un livre "au chaud", le campement est composé d'une tente tipi, où les enfants peuvent se glisser dans un sac de couchage pour faire la sieste ! Il y a aussi une tente pour les changes et une autre pour les toilettes sèches.
Pour le lavage des mains, des jerrycans d'eau sont stockés sur place avec des thermos d'eau chaude pour garder une eau suffisamment tiède.
L'école sert trois repas, le petit-déjeuner chaud dans le café du Parc (le Skylark), puis le déjeuner en extérieur, et le goûter-dînatoire dans le café au moment du retour. La nourriture du midi peut être réchauffée (une soupe, par exemple), sur le feu de camp !
J'imagine que cette question du feu de camp pourra effrayer certains parents, quand on voit les règles d’hygiène à respecter ici ou en France dans les écoles; les membres du personnel doivent avoir un bagage important (formation et débrouillardise).
En ce qui concerne les apprentissages, je n'ai aucun doute qu'ils se font sur le "terrain", et qu'ils exploitent la nature pour aborder les principaux domaines d'apprentissages.
Les enfants sont accueillis à la journée entière (pas de mi temps) et très bonne nouvelle, il y a des camps de vacances, pour les 3 à 7 ans, pour £60 la journée.
Curieusement, j'ai fait des recherches en France, il n'y a pas "encore" de projets de Forest Schools - à voir si le projet se développe quelque part dans l’hexagone !
Un grand merci pour les photos de Little Forest Folk - sauf le 3 et la 6.




mardi 1 mars 2016

Retour en France du point de vue d'Héloïse, 12 ans


Un sujet qui m'intéresse particulièrement, le retour d'expatriation du point de vue des enfants. Je partage avec vous l'expérience d'Héloïse, qui vient d'entrer au collège en France, après 5 années passées dans une école anglaise. 
Elle nous explique son retour en français (légèrement ponctué de traductions littérales venant de l'anglais). 
Je suis à la recherche d'autres témoignages, si jamais une maman voulait bien transmettre à son enfant "impatrié" (un mot qui n'est pas très joli). Un grand merci à Héloïse, qui a gentillement répondu à mon questionnaire bien qu'elle croule sous les devoirs !

***


1/ Héloïse, tu es rentrée en France depuis 6 mois maintenant, comment s'est passée ta rentrée en 6ème, avec tous ces changements (école, maison, amis) ?

Heureusement, je suis dans une classe agréable où il est facile de se faire des amies/amis. Au début de l’année, la moitié des gens connaissait au moins une personne mais maintenant les gens d’écoles différentes sont meilleurs amis.La maison est très agréable même si pouvoir sortir de chez soi sans prendre la voiture me manque.Au début, avoir des personnes de 18 ans dans la même école est très bizarre, surtout qu'en primaire, je connaissais presque toute l’école de vue. 


2/ Quels sont tes meilleurs souvenirs de balades dans Londres ou ses environs ?

Oui, il y avait beaucoup de balades agréables à Londres. Mes préférées sont Kew Gardens, Richmond et Saint-Martha-on-the-hill (Surrey).

3/ Est qu'il y des choses qui te manquent du système scolaire (anglais que tu as suivi pendant presque 5 ans) ?

Oui, c'est sur.  Le système anglais est plus fun et implique plus les élèves, avec beaucoup de jours spéciaux ( dress down day (pas d'uniforme de jour-là), sports day, G Factor (du nom de la célèbre émission de télé proposée à l'école),des compétitions avec d'autres écoles etc.


4/ Est ce que tu vois des différences majeures entre l'école anglaise et le collège international où tu es aujourd'hui ?

Ça fait bizarre d'avoir un emploi du temps et de devoir changer de classe toutes les heures! On a aussi 10 fois plus de devoirs en moyenne mais beaucoup plus de liberté. Vu que mon école est aussi un lycée, tout est ouvert et, entre les cours, on va souvent dans la petite forêt à côté de la salle de français. 

5/ Comment tu vois les relations prof / élèves dans les 2 systèmes ?

Cela dépend des profs des deux cotés.

6/ Y a t il des matières abordées différemment ?

Oui beaucoup. La plus grande différence est en art plastique. En France, la prof nous dit ce qu'il faut faire et tout le monde le fait en parlant pendant le reste du cour. Elle nous demande des choses créatifs (dessiner un portrait d'un dieu romain a la manière d'Arcimboldo, faire une nature morte etc.). En Angleterre, la prof nous demandait surtout de recopier des dessins déjà faits ou de construire des tabourets à partir de modèles déjà faits.

7/ Tu avais des amies de nationalités différentes, as tu fait des rencontres sympas ?

Oui , dans ma nouvelle classe il y a aussi beaucoup de personnes de nationalités différentes (une péruvienne, un suédois, une roumaine, des italiens et des américains)

8/ Est ce que quelque chose te manque de ta vie anglaise ?

Avoir des amies qui vivent à cinq cent mètres! Mes meilleures amies habitent AU MOINS à 8 km . 

9/ Est ce que le collège met autant l'accent sur le vie de l'école, comme lors des assemblies ?

Non, la seule fois que quelque chose avec toute l’école a été organisé, c'était à la suite des attentats à Paris.

10/ Est ce que tu sens que tu parles moins facilement anglais ou moins spontanément ?

Non car je fais quand même 9h30 d'anglais par semaine sans compter quand je parle à mes copines anglaises ni tous les devoirs que nous donnent les profs d'anglais.

11/ Si tu avais la télé anglaise, qu'est ce que tu regarderai ?!

The Great British Bake off !