vendredi 14 novembre 2014

#StylingtheSeasons : NOVEMBER

November is not usually my "cup of tea" as the light has started to decrease. From nearly 4 pm, it feels it's already time to end the day. I must confess it is one of the drawbacks of living in the UK, you look at the window in the middle of the afternoon and that's it. Nightime.
Apart from these moanings, I am still enjoying the beautiful colours of Autumn and Bonefire's celebrations (such a change from our 14th of July in France !). 
For this month's pictures, I couldn't find any inspiration mainly because I was never able to spend some time at home before 3pm. 
Today, TGIF, my headache and I came home early wondering how to make ourselves a treat. I think the best thing with winter coming up, is the nice feeling of being at home. Outside it can be awfuly wet and windy, but still some spells of sunshine may appear later on (that is something I particularly like about living in London !). Autumn colours are making my day, whenever I ride my bike I realise how lucky I am to cross two Commons on my way to work.

This place has great views on the Common and the more the leaves are falling, the lighter the living room becomes !   Let's wait until next month, when the trees will turn completely bare.
If you want to take a peek at other autumn interiors, Katie's bedside table, and 5 mantlepieces : Charlotte's  , Alexis' kitchen mantlepiece, Teri's from the Lovely Drawer, Emma's from Bradshaw's and Sons, Jeska's from Lobster and Swan.
Or beautiful various places in : The Ordinary Lovely, a Quite Corner, Beak Up Crafts.
Novembre est déjà à moitié passé, et j'avoue que ce n'est pas la période de l'année que je préfère. La lumière qui diminue en est la principale raison, c'est un des points noirs de la vie en Grande Bretagne. Une heure en moins dans l'après midi, c'est énorme. Au beau milieu de la journée, je regarde par la fenêtre et la nuit est déjà tombée (vers 16h).
A part ce petit inconvénient, (qu'il faut apprivoiser), les couleurs de l'automne sont toujours assez présentes et les festivités nationales liées à Bonefire donnent un peu de gaieté dans la nuit froide et humide (habituée aux feux d'artifices d'été en France).
Ce mois-ci pour ma participation au "projet" lancé par deux blogueuses anglaises, qui proposent de mettre en scène les saisons dans nos endroits préférés de la maison, j'ai trouvé peu d'inspiration. La faute au manque de lumière et de temps à la maison avant que la nuit ne tombe.
Heureusement, aujourd'hui j'ai eu la chance d'être chez moi tôt, avec un mal de tête, en me demandant comment entamer le WE avec joie. L'idée de l'hiver qui approche n'est pas désagréable quand on est bien chez soi... même si dehors il peut faire un temps humide et froid avec un vent à décorner les bœufs. L'avantage du temps londonien est qu'il peut être changeant, après de bonnes averses, on a souvent un petit retour du soleil à un moment donné. C'est une des raisons pour laquelle j'aime vivre ici!
Les couleurs d'automne sont encore très belles et j'ai la chance de traverser deux superbes espaces verts à vélo pour aller travailler.
Notre salon offre de superbes vue sur une immense pelouse. Plus les feuilles tombent, plus il est lumineux !
Le mois prochain, on devrait voir des arbres nus !
Si vous voulez admirer les intérieurs british des autres participantes, allez-voir les liens ci dessus. 
Bon week end !


jeudi 6 novembre 2014

Candyfloss - la barbe à papa

On apprend des mots tout au long de la vie, dans deux langues, c'est toujours amusant de comparer les traductions, et aussi de constater les différences au sein d'une même langue, un  peu comme le belge, le québécois et le suisse.

En général, les mots anglais sont très imagés, leur sens se devine assez facilement, je pense à chicken pox (la varicelle), magnifying glass pour loupe ou fireman, un pompier.
 Connaître des expressions et les utiliser sont  des choses que l'on acquière au fil des années. En français, on donne sa langue au chat (to give up), on a des fourmis dans les jambes (to have pins and needles in your legs), et le préféré de mes enfants, jeter un œil (take a peek) !

Aussi "barbe à papa" dont je n'explique pas l'origine du mot -  se dit :
- en anglais (UK) candyfloss  (rien à voir avec dental floss, le fil dentaire)
- en anglais (US) cotton candy, qui a même sa fête le 7 décembre, le Cotton Candy Day !
- en Australie, fairy floss, féérique !

Quand on reçoit des petites invitées de France qui ont promis de faire une  présentation à leur classe, direction les rives de la Tamise, la Southbank, qui longe la rivière en face de Westminster, Big Ben, et qui peut relier le quartier de la Tate Modern, Saint Paul, ou jusqu'au pont de Tower of London, Millenium Bridge, on aime toujours aller s'y promener.
En cette belle journée d'automne, on croise beaucoup de touristes sur les quais piétons. La balade est assez facile à partir de Waterloo, la foule est surtout impressionnante au pied de London Eye, la grande roue, mais moins dense en longeant les quais.
On s'arrête pour regarder des spectacles de rue, les vendeurs de glaces et de marrons (chestsnuts) puis au Southbank Center et tout autour, des chaînes de restauration offrent de nombreuses possibilités de s'arrêter (Le pain quotidien, Yo Sushi, Eat, Wagamama, une grande librairie Foyles).

On s'arrête plusieurs fois, notamment pour goûter aux barbes à papa britanniques, ont-elles le même goût ? Une différence culturelle notoire, ici on les propose au choix, dans un sac ou sur un bâtonnet. Une occasion de pratiquer un peu d'anglais :

dimanche 2 novembre 2014

un lit géant pour écouter des histoires


Rien de mieux qu'un lit bien confortable pour écouter une histoire ! 
L'idée géniale de mettre en scène un lit géant sur lequel les spectateurs viennent s'installer est encore une belle trouvaille de notre théâtre préféré - après la pièce géniale de Cendrillon revisitée et la pièce itinérante du Good Neighbour !
A peine entré dans une des nombreuses pièces du Battersea Art Centre, on comprend que seuls les enfants pourront monter sur le grand lit. Heureusement, on assiste quand même à la pièce, assis tout autour du lit d'environ 40m2.

Grandpa Joe et Grandma Jospehine se réveillent un peu étonnés de voir autant de monde sur leur lit.
Ils nous "emmènent" dans leur histoire inspirée de celle de Roald Dahl, Charlie et la Chocolaterie. Ils vont raconter à deux voix la suite des aventures de Charlie, leur petit-fils, après avoir reçu en héritage l'usine de Willy Wonka.
Un regret. Le spectacle est un peu trop court : il doit prendre en compte  l'âge des spectateurs, qui pourtant, ne bougent pas d'un centimètre.
Il nous reste plus qu'à profiter de ce lieu incroyable, son café, sa salle de jeux pour les petits de 0 à 5 ans (Bee's knees). Il ya aussi une salle qui ressemble à un salon où un juxe box, projette les archives du Battersea Art Centre, de manière très ingénieuse.





Placés au centre du petit bureau, les enfants choisissent et positionnent des cartes postales, qui actionnent des projections vidéos, plan du théâtre (anciennement la mairie), images d'archives pour la sauvegarde du lieu dans les années 70. Les enfants s'intéressent à ce lieu unique dans le quartier. Ils découvrent aussi un jeu de palets dans le café; très convivial !
Dire que les lieux culturels comme celui-ci sont menacés, c'est peu surprenant. Les enseignes indépendantes du quartier ferment les unes après les autres...on espère que celui-ci pourra continuer ses beaux projets... Réservez vite vos prochains spectacles !




mercredi 29 octobre 2014

London gets ready for Halloween

Halloween est toujours une période de créativité que j'aime observer dans les rues de Londres. Avant l'heure, je partage mes meilleures citrouilles et les autres fantaisies prises au hasard des balades de ces vacances de la Toussaint. Les copines débarquent de France et nous voilà parties pour de grandes vadrouilles ! 
Un programme chargé :
Le parcours commence à Borough Market, le grand marché alimentaire et de cuisines du Monde à emporter, puis en remontant vers le Nord-Est de Londres, Shoreditch et son street art, Angel et le charmant quartier Camden Passage puis à l'Ouest, Portobello, ses grandes façades colorées et Kensington High Street chez Whole Foods, un grand magasin bio. 
De très belles balades, en plusieurs jours, je vous rassure !

dimanche 26 octobre 2014

Le gâteau magique - by french London bloggers

J'ai goûté un jour un merveilleux gâteau appelé le gâteau magique. 
Selon l'excellente pâtissière qui l'avait préparé pour un goûter entre copines blogueuses, la recette était simplissime. Le résultat étant aussi beau que bon, je décidais de me mettre moi aussi à ce gâteau aux trois textures cuit en une seule fois.
A peine avait elle publié son mode d'emploi magique dans le cadre de sa rubrique "la recette du dimanche" que j'organisais une mise en pratique avec mes petits assistants.
Et bien, après le refroidissement du dit gâteau, toute une nuit, et un respect à la lettre des recommandations, les trois couches n'en forment qu'une. 

Ce n'est qu'un peu plus tard que je me rends compte de la "supercherie". Quatre personnes de mon entourage bloguesque ont ainsi raté le gâteau soi-disant inratable. Si vous n'avez pas lu l'expérience de Zaza, ici, il y a de quoi passer un bon moment (sachez aussi qu'elle a un certain franc-parler). Je demande à notre experte des explications. Elle nous informe de quelques détails qui nous avaient échappés :
- elle conserve ses oeufs à température ambiante
- elle n'a pas bien mélangé la préparation (il faut laisser les grumeaux à la surface !)
- elle a un plat ni trop large ni trop petit
- la cuisson est assez longue, ne soyez pas comme moi un peu trop impatiente.
En constatant nos nombreuses interrogations concernant ce gâteau magique, notre initiatrice propose une session de rattrapage organisée un samedi après midi avec la dream team des blogueuses françaises à Londres. Après tout, il n'y a pas que les enfants qui ont des invitations à goûter. Entrez donc dans l'antre de la magicienne...
Nous sommes 8 autour de la table pour réaliser deux versions différentes du fameux gâteau, une version classique à la vanille, une autre Brownies
Notre co-organisatrice Cindy, fondatrice de l'entreprise Petit Gâteau, et passionnée de cuisine Coréenne (don't ask me why) nous a envoyé à chacune les ingrédients nécessaires pour la réalisation des deux préparations. 
Après un rapide "catch up" (rattrapage de potins) d'environ une heure trente, nous commençons les recettes dans la joie et la bonne humeur (en ayant réparti en deux groupes les participantes, veillant à ne pas avoir toutes les "râteuses" du gâteau dans la même équipe).
Grace aux instructions des deux expertes, nous ne prenons aucun risque, et c'est à la fin que nous comprenons notre erreur : la préparation n'est que très légèrement remuée, il reste donc à la surface une épaisseur de blancs d'oeufs.
L'idée de faire la cuisine à plusieurs est vraiment très agréable, les tâches sont divisées (le rangement aussi) et puis je dois dire que cuisiner avec des enfants est beaucoup plus stressant en terme de maladresse; voire catastrophes. On observe néanmoins une légère appréhension chez notre experte qui nous a préparé un gâteau magique la veille (pour pouvoir le déguster ensemble)  les 3 couches ne sont pas aussi magiques que d'habitude...
Pendant que les deux gâteaux refroidissent, nous en profitons pour poursuivre cette douce après midi d'automne d'un petit verre et d'une part (ou deux ou trois) du gâteau préparé la veille. Voici comment ils sortent du four, avant la nuit au frigo. Il resulte de sa recette une grande part de chance, qui doit intéresser pas mal de monde puisqu'il y a déjà eu 3 livres sur le sujet.
Comme dit Zaza, il s'agit surement d'un gâteau raté au départ qu'un rigolo a transformé en "hit"!
- La recette est disponible sur le blog Lost in London

- Les livres : 

*Le gâteau magique de Christelle Huet Gomez (photo article)

*Gâteaux magiques: 1 préparation, 3 textures de Aurélie Desgages

*Incroyables gâteaux magiques, Véronique Cauvin.