lundi 11 juillet 2016

Post Brexit

We ventured into our nextdoor Common to see if England was still the same.

We followed signs advertising a Steam Funfair, and thought we might learn something new.
The funfair is not somewhere we usually go to, but this one was special, as if we went into a time machine.
The feeling of going back in time is something a lot of people have experienced after the news that Brexit voters won.
Let's go back to the Victorian time !
This funfair would never have been existing without a british engineer who made the last improvement to the steam machine. James Watt's steam engine played a key part in the Industrial Revolution and within the economy of Great Britain; and he was a... scottish engineer !
I find quite funny to hear about Andy Murray, if he wins a game, he is british, if he looses, he's scottish !


 I enjoyed watching people who came from the neighbourhood in a joyful atmosphere without loud music. Some of the rides had old organs playing.
We found some of british favourite games such as Coconut Shy, the french equivalent to "chamboule'tout". You get the coconut if you manage to hit it with a ball !
Our 8 year old son has never been on a dodgem, he was the happiest child on earth. Let's hope he will enjoy the rest of his childhood here, in the UK.






***
Depuis le Brexit, nous guettons toutes formes de changements autour de nous. Une petite balade dans le "Common" d'à côté est toujours un bon indice sur le moral du pays. Nous avons trouvé des panneaux aux belles lettres rondes qui indiquaient une fête foraine traditionnelle.

Habituellement, nous partons dans la direction opposée, mais cette fois, nous avons voulu en savoir plus sur cet événement traditionnel "à la vapeur". Si le pays en vient à se replier sur-lui même, nous aurons pu avoir un aperçu des références culturelles et historiques. 
Nous avons fait un bond en arrière (exactement ce qu'on voudrait éviter), comme si nous étions à bord d'une machine à remonter le temps (ce que de nombreuses personnes auraient aimer faire après avoir voté LEAVE).
Retour dans l'ère victorienne, chère aux britanniques... 
Grace à un ingénieur britannique, et les améliorations qu'il apporta aux moteurs à vapeur en 1781, le Royaume put entrer dans l'ère industrielle, qui les fit briller dans le reste du monde. James Watt était d'ailleurs écossais. Un peu comme Andy Murray, quand il gagne un match, il est britannique, quand il perd, il est écossais !

Ici, pas de musique assourdissante, les manèges sont accompagnés d'orgues. Le plaisir de regarder les gens du quartier s'amuser remonte le moral, comme celui d'observer le sourire de mon "grand" de 8 ans sur son auto-tamponneuse; et voir ces deux-là se balancer avec confiance dans le ciel britannique...


lundi 27 juin 2016

Le Royaume désuni - Disunited Kingdom



Dear Kingdom,

When I first came to visit you I was only 10, it was with my first trip out of France. I spoke no english and therefore my parents sent me with my older brother. The fun began in the ferry - at that time the Tunnel didn't exist, and the journey was much longer across the channel from Le Havre to Portsmouth. We could stay up late and eat orange icelollies and even played with coin machines !

In the small Bristol suburb town where we stayed, I was amazed by the afternoon disco we were allowed to go. I fondly remember Polo sweets, Marathon bars and Slush Puppies. Such a world of coloured treats was presented to me - I even had crisps in bed, as a snack, because dinner was served at 5pm. My chronobiological rythm was in such a turmoil. I had so much fun though, and every year during October half-term, the trip became a traditionnal expedition I was looking forward to attending.
My "pen friend" Nina had red hair and was so different from the teenager I was slowly becoming : she was much girly than I was and wore make up ! Also, she had a pet rabbit and couldn't understand why we ate them in a casserole back home.

By the end of my A levels, I started English Studies at University. It was obvious to me that I wanted to improve my knowledge of your langage, your society, as well as your literature. Everything was different on your island, the political structure, the Monarchy, where people came from. When I was offered a position as a Teaching Assistant in a Girls' Private Secondary School, I packed bits and pieces for a year, went under the Channel and became a housemate. We were all young European girls sharing a house in North London. Antje was German, Tony was Spanish, and Rachel became our British advisor ! As you would expect, this year has been a lifelong memory, a start towards adulthood and independence. This experience led me to come back again as an adult.

This time, I was a mum and we crossed the Channel with no return ticket. It became a family adventure. We started our life again with a new home, new jobs and a new langage for our children who entered a british school. This first year was very intense, both scary and exciting.
Our friends and relatives came to visit, London is such a popular destination ! We showed them around and shared our favourite places. I think they all felt how happy we were in your capital city. I even started this blog about Living in London : there is still so much to see and share after 6 years.

Often, people asked us when we would come back. We didn't know what to say. We had no plans for the future but to stay as long as we could. We knew we could be made redundant faster than in France, with less unemployment benefits, we knew our landlord could end our tenancy agreement, we just lived everyday as a chance to be part of your country. Who knows what the future is like anyway ? We felt confident even if life in London costs a lot of money, and our pension plans hard to secure.This life in your Kingdom was uncertain but great at the same time.

France started to encounter difficulties. It was scary to see the political, economical and social struggles. It was still a place we enjoyed spending holidays and visit our family and friends. But we grew outside our counrty, and we saw life from a different perspective. Why are british people proud of being part of your Kingdom when French people very rarely show off their flag. As our children grew older and spoke better english, they began to notice some differences between you and France. Why we get a smile in your restaurants or in the tube when we don't get it in France. Our children call you "home" until we had to clarify their identity, they still are French, even if they say they are Franglais.

Was it recklessness or overconfidence, I am not sure, but we did not anticipate what happened to you.
We love your flag, but is it now out of date ? The Union Jack is about to lose its colours. I just cannot believe it could only be a S't George's cross. What happened to your britishness ?

With hope,
*********************************************************************************

Cher Royaume,

Quand je t'ai rencontré, j'avais à peine 10 ans, et c'était la première fois que je quittais la France. Je ne parlais pas anglais mais mes parents avaient organisé ce voyage par l'intermédiaire d'une petite ville près de Bristol jumelée avec la mienne. Pour ce premier voyage, mon frère aîné et moi avions séjourné dans la même famille. Le voyage en ferry fut un des temps forts du séjour : nous pouvions veiller toute la nuit, manger des glaces à l'orange et jouer aux machines à sous ! 
Dans cette petite ville de la banlieue de Bristol, j'ai découvert les boums de l’après-midi dans une boîte fréquentée exclusivement par des enfants. J'ai aussi un souvenir ému quand je pense aux bonbons que j'ai découverts, comme les Polo à la menthe avec un trou au milieu, les barres Marathon qu'on appelle maintenant Sneakers, et les Slush Puppies bleus avec une tête de chien sur le verre (un granité). Tout un monde coloré de douceurs sucrées s'offrait à moi - des habitudes alimentaires complètement anarchiques - qui étaient aussi étranges à mes yeux que l'heure du repas du soir - 17h - que le petit encas qu'on me servait au lit : un petit paquet individuel de chips. De quoi chambouler mon rythme chrono-biologique ! Chaque année aux vacances de la Toussaint, je rejoignais ton Royaume par la mer avec une grande impatience.
Ma correspondante (qui avait les cheveux roux) était très différente de la petite fille que j'étais, elle était bien plus avancée que moi et portait du maquillage ! Elle avait un lapin domestique et ne comprenait pas comment on pouvait en manger chez nous.

Après mon bac, j'ai naturellement décidé de commencer des études d'Anglais à la fac. J'avais envie d'en savoir plus sur ton histoire, tes habitants, ta littérature. Tout était tellement différent de chez moi, ton système politique, ta monarchie, tes MP's, tes immigrants. Quand j'ai eu l'opportunité de venir un an comme assistante de Français dans un lycée privé de filles du nord de Londres, j'ai pris quelques affaires et je suis passée sous la Manche, cette fois. Une invention incroyable ce tunnel ! Je suis devenue LA française de notre colocation, nous étions 4 jeunes européennes : Antje, une allemande, Tony, une espagnole, et Rachel, une anglaise qui reprenait nos fautes d'anglais.
Comme on peut l'imaginer, cette année a marqué ma vie de jeune adulte. J'ai découvert l’indépendance dans ton pays. Cette expérience professionnelle et humaine m'a conduite vers le choix que j'ai fait ensuite en couple. 

Je suis revenue avec ma famille, quelques années plus tard, lorsque je suis devenue maman. Nous avons traversé la Manche sans billet retour. Nous avons réorganisé notre vie quotidienne, trouvé une maison, du travail, et une école pour nos enfants qui ne parlaient pas ta langue ! Cette première année a été intense, ce fut à la fois difficile et très "excitant" . Nos amis et nos familles sont venus régulièrement de France, c'était une joie pour nous de partager notre vie, et à chaque fois, tout le monde a été unanime et tombait aussi sous le charme de ton île. J'avais tellement à dire que j'ai crée ce blog sur notre vie à Londres et après 6 ans, il y a toujours quelque chose à voir et à raconter chez toi.

Souvent, on nous demandait quand on allait rentrer en France. Une question délicate : nous n'avions pas prévu jusque là. Nous savions que tout était plus instable qu'en France en matière d'emplois et de logement. Moins confortable, si j'ose le dire. Ici, les allocations chômage sont très succinctes, les propriétaires sont libres de vous mettre à la porte assez rapidement. Nous avons vécu au jour le jour; nous étions confiants dans notre choix même si la vie à Londres coûte cher, l'épargne retraite reste faible. Nous trouvions un équilibre dans cette ambivalence de sentiment, la sécurité et l'incertitude.

Et puis la France a connu des difficultés politiques, économiques et sociales. Nous venions toujours en vacances car nous avons beaucoup de plaisir à retrouver le pays, notre famille et nos amis. Mais en vivant de l'autre côté de la Manche, nous avons vu notre patrie différemment. Pourquoi les britanniques sont ils fiers de leur pays ? Pourquoi le drapeau français est trop rarement un signe de fierté ? En grandissant, nos enfants ont commencé à remarquer des différences entre les deux pays. Pourquoi les gens sont ils plus aimables dans les restaurants de ton royaume (ou dans le métro) ? Nos enfants se sentent chez eux quand ils quittent la France après les vacances. Tu es leur maison. Nous avons du leur préciser qu'ils ne sont pas anglais, mais bien français, mais ils se définissent comme franglais. Une identité, qui, nous l’espérons, pourra cohabiter et les rendre heureux.

Est ce que c'était de l'insouciance ou une trop grande confiance qui nous ont empêchés d'anticiper l'avenir ? On adorait ton drapeau, est il toujours d'actualité ? Le Union Jack est en train de perdre ses couleurs, comment imaginer qu'il ne restera que la croix de St George ? Qu'est il arrivé à ton royaume ?
Avec espoir,

jeudi 23 juin 2016

Brexit, REMAIN (please)

source

Nous en saurons plus sur notre sort demain matin. Pour une fois, on aura hâte de se lever !
L'enjeu est important et le Monde est dans l'attente. Un vote historique a lieu en ce moment.

Aujourd'hui, on a croisé des militants à tous les coins de rues, aux sorties des métros, et sortent leur prospectus par tous les temps. Ils distribuent des auto-collants en rappelant d'aller voter. On voit partout des gens qui arborent leur camp sur leur vêtements ou sur la vitre de leur bow-window.

Le Royaume-Uni est...divisé. Il semble que deux types de camps s'opposent, Londres et le reste du pays, plus que les conservateurs, ou les travaillistes.
En vivant ici, nous avons perçu autour de nous le caractère international de la capitale anglaise. Nous avons aimé cette ouverture d'esprit et l'accueil qu'on a toujours ressenti. Venir du "continent" est un fait banal, car ceux qui viennent du reste de l'Europe sont si nombreux autour de nous, étudiants étrangers qui ne sont jamais rentrés, premier travail, rencontre amoureuse, ou pour d'autres raisons.

Nos enfants grandissent ici depuis 6 ans et n'ont connu que l'école primaire anglaise. La plupart des enfants de leur classe sont bilingues. En tant que parents, cela nécessite parfois un réajustement, leurs références culturelles ne sont pas celles que nous avons connues. Ils se disent franglais et vivent bien dans leurs baskets avec cette identité mixte.

Nous sommes nombreux à vivre dans cette communauté : 2,4 million d'autres européens "migrants" vivent en Grande-Bretagne (depuis plus de 5 ans). Nous pourrions obtenir un passeport britannique. Avec l'approche du Brexit, les demandes affluent  par crainte des conséquences de la sortie du pays.
Mais nous restons cependant en dehors des critères pour voter, car seules les personnes munies d'un passeport britannique et qui résident dans le pays pourront donner leur avis, (les Irlandais et ressortissants du Commonwealth, Chypre, Malte, Australie, Canada, Pakistan, Inde, Nigeria, Gibraltar). Les nombreux anglais vivants à l'étranger voteront sauf ceux qui ont quitté la Grande-Bretagne depuis plus de 15 ans. Pour des personnes qui vivent et payent leurs impôts dans un pays d'adoption, comment imaginer qu'il faudra avoir un visa pour travailler, voyager, ou même vivre là où on le souhaite ?

Les derniers sondages sont assez déstabilisants, car ils font état de résultats très proches : 41% en faveur du REMAIN, 43% pour le LEAVE. Comme on dit en anglais, "it's a coin-toss", un peu comme si on tirait à pile ou face.

lundi 13 juin 2016

Open Garden Square Week End : Fenton House

Une après midi pluvieuse, nous improvisons une visite de Fenton House construite en 1693 et ses jardins clos aux murs de briques (monument appartenant au National Trust), qui cachent un verger et de grandes herbes non coupées, un potager. 
Nous tombons sous le charme du lieu, les couleurs du jardin sont spectaculaires en ce début d'été avec les gouttes suspendues aux feuilles après la pluie.

                    
La balade se poursuit dans le très joli quartier de Hampstead même sous la pluie, on peut se réfugier dans ses nombreux cafés. Encore un incontournable quartier-village de Londres, avec ses ruelles qui montent et qui descendent, le parc et le bois à deux pas, avec plusieurs étangs de baignades ! C'est un havre de verdure, bien connu pour sa vue sur Londres, à Hampstead Heath, sur Parliament Hill. Les maisons du quartier ont des tailles impressionnantes et l'architecture de certaines sont spectaculaires.  Au gré des petites rues étroites pavées, on découvre un pub de quartier, le Holly Bush, un cimetière aux stèles envahies par la végétation, puis retour par le petit centre avec restaurants et magasins sur Flask Walk, une petite rue piétonne charmante, et son barbier traditionnel (enseigne rouge et blanche cylindrique).  
Bonne semaine.

jeudi 9 juin 2016

A glass of wine on Clapham Common's pond !

Les canards n'en reviennent pas : à partir d'aujourd’hui (et pour 4 jours seulement), un petit lac du parc de Clapham Common (SW11), au sud de la Tamise, accueille un bar sur l'eau - qui va être pris d'assaut avec ce soleil !

L'initiative vient d'une marque de vin espagnol, qui a imaginé ce bar au milieu d'un petit étang de Londres ! Il y a aussi des tapas et des dégustations de vin à réserver online (quelques créneaux encore disponibles).
Cet événement marketing appelé "Summer of colours" a aussi la particularité de produire des lumières de couleurs dans l'eau accompagné de musique live. Si le temps est stable, l'environnement peut être très agréable, le pari était plutôt risqué !

Le choc culturel vient du "Snack Wagon", petite caravane ouverte 24/24 populaire auprès des pêcheurs et des cab drivers, avec ses nombreux habitués, la cohabitation va être courte, heureusement.

***
Pour voir le lac en hiver, c'est ici, avec l'eau gelée, attention au choc thermique !
Pour voir l'ambiance festival, c'est ici, toujours sur Clapham Common
Pour voir un RV annuel génial, le festival Colourscape

mardi 24 mai 2016

Street Party (2) : for dogs too

 Dimanche dernier, une rue voisine organisait sa fête annuelle, pas celle où les habitants sortent leurs tables et leurs chaises pour partager leur déjeuner, mais un rassemblement organisé par les commerçants de la rue et quelques associations. 

Petit point météo : les photos ne sont pas truquées. Il fait bien un temps sec et plutôt ensoleillé. Une pensée va à mes copines qui tenaient des stands de brocante sous la pluie, je crois qu'une bonne partie de la France a été bien arrosé.

Les limonades maison nous font drôlement envie, quitte à faire la queue pendant longtemps (tout ce qui est vendu en dehors du supermarché prend un temps fou, ici), on va goûter le mélange citron/fraise, et citron/framboise, rafraîchissants !

L'occasion se présente à nouveau pour découvrir une ambiance différente du centre de Londres, plus familial et local. Nous passons vite devant les animations de rue, le très petit mini-golf, le stand du maquillage (les enfants ont passé le cap !). De quoi finalement faire rapidement le tour des stands et choisir notre déjeuner !
Cette fois, nous choisissons un repas "crêpe salée", on est en Grande-Bretagne (mais au blé noir, malheureusement, la recette n'a pas encore traversé la Manche).






Le stand qui remporte mon attention : est celui des colliers multicolores pour les compagnons à quatre pattes qui auraient besoin de changer de collier ou d'en avoir plusieurs, qui sait ? 



Le shopping canin ne s'arrête pas là. Un peu plus loin, un stand de linge de table joliment présenté s'adresse cette fois aux propriétaires de chiens qui souhaitent s'offrir un torchon, un tablier ou un tasse à l’effigie de la race qu'il affectionne, et/ou (peut-être) d'en offrir à son animal.
Chaque race de chien est associée à un adjectif :

- the captivating Cocker
- the loveable Labrador 
- the precious Pug le chien au nez retroussé
- the graceful Greyhound
- the wonderful Weimaraner
- the tenacious Terrier, 
- the spirited Springer Spaniel l'épagneule anglais malin
- the perky Poodle le caniche guilleret
- the bouncy Boxer 
- the boisterous Border, le border terrier turbulent

Un stand qu'on retrouve ici pour les amateurs !

vendredi 20 mai 2016

Street Party time (1) Scotch Eggs


La saison des fêtes de rues est ouverte, comme celle du Pimm's (cocktail avec de la limonade, du concombre et des fraises), des signes annonciateurs de belles journées ensoleillées.

L'année 2012 a marqué l'histoire du Royaume Uni, avec une ambiance dans les rues particulièrement festive, entre le jubilé de diamant de la Reine et les jeux Olympiques. Nous avons eu la chance d'assister à une fête de village dans les Costwolds, et cette journée reste un moment marquant dans nos découvertes du pays.
Au fil de temps (anglais), nous retrouvons l'ambiance des street parties avec ce souvenir joyeux de l'année 2012, qui reste, pour l'instant, inégalable. Nous avons choisi le quartier de Primrose Hill pour se promener sur Regent's Park Road, une jolie rue commerçante à côté d'une colline avec une vue sur le centre de Londres à deux pas du canal.

A Londres, la plupart des quartiers organisent leurs fêtes de rues, d'une manière assez commerciale, avec des stands de professionnels, celui du maquillage, des plats du Monde à emporter, une scène avec un orchestre, quelques jeux pour enfants, un bar en plein air et le très populaire concours canin !

La sélection des stands manque un peu d'originalité mais j'avoue que celui-ci m'est apparu comme un sujet idéal à présenter de toute urgence.
Ce stand (ci-dessous) vend une spécialité britannique, le Scotch Egg, une boule de viande fourrée à l’œuf pannée et frite - à moins que cela ne soit une boule d’œuf fourrée à la viande frite ou un œuf frit à la viande pannée. Comme je ne connaissais pas la description technique de cette préparation avant aujourd'hui, voici donc la recette exacte après vérification :


Il s'agit d'un œuf mollet ou dur enrobé d'une farce, pané puis frit. On trouve une version préparée par Cyril Lignac, ici, ou par Gordon Ramsey, ici, ou une version avec une sauce au curry, ici, sur blog français spécialiste en cuisine anglaise et pour finir, la version de Jamie Oliver ici avec du fromage en plus !

Le scotch egg se mange chaud ou froid. 

Nous n'avons pas goûté les œufs écossais cette fois-ci, la prochaine fois, c'est promis. En revanche, les souvlakis de poulet dans un pain pita avec tomates, oignons et persil étaient délicieux !
L’intérêt de certains quartiers avec leurs espaces verts tout proches, c'est qu'on peut aller manger notre déjeuner dans l'herbe. Très bon week-end à tous !

***



Primrose Hill et sa vue sur Londres


Street Parties'season is now opened.

Local street party feat is giving a glance of what the summer will be like - drinking Pimm's and taking the most of the outdoor life !
Back in 2012, I still have all the street parties in mind, from the Queen's Jubilee to the Olympics Games frenzy. We even had the opportunity to take part in a Village Fair, in the Costwolds, a great immersion in the british way of life !

Since then, we attended several street parties, but nothing like this chocolate boxes' village atmosphere, enjoying 
 live music, arts and crafts market, food stalls, children's activities and the ever popular dog show ! But I must say I find the stalls lacking originality, and frequently owned by professionnals only. 

We headed towards Primrose Hill last Sunday, for their street party on Regent's Park Road, we knew the view from the park would be nice to have our lunch ! 

This time, a whole stall was dedicated to Scotch Eggs; so I though I should have a try on explaining a typical british culinary delight.
I didn't know how to explain what Scotch Eggs were made of, if it is an egg stuffed with meat and fried or a ball of meat fried with an egg in the middle. I had to check the proper definition of it, so I'd do it justice. I also found recipes from famous french chef Cyril Lignac, our Jamie Oliver (his recipe here) and Gordon Ramsay to illustrate my blog post !
I must confess we didn't have any - we chose a Souvlaki chicken skewers, in a Pita bread. I promise we will try Scotch Eggs very soon, I've heard it is the best food for a pic-nic day !